Classique

 

En 1728, mourut le prince Léopold d’Anhalt-Köthen, mélomane, musicien, protecteur et premier employeur de Jean Sebastien Bach. Ce dernier lui consacra cette majestueuse musique funèbre, longtemps restée oubliée, non répertoriée. Il a aura fallu le travail  de musicologues pour qu’enfin cette version soit reconstituée et  enregistrée sous la baguette du jeune et talentueux chef d’orchestre Raphaël Pichon et de l’ensemble Pygmalion.

 Coup de coeur proposé par Christine (BDM)