Roman

Patrick Nothomb, le père de l'auteure est décédé pendant le premier confinement. Malheureuse de ne pouvoir assister à son inhumation, elle décide de le "ressusciter" sous sa plume. Ce récit touchant écrit à la première personne prend parfois des accents de Pagnol avec "La gloire de mon père". Ce père, né dans un milieu aristocratique fauché, a vécu sous la coupe d'un grand-père catholique, poète certes, mais implacable !! Dès l'enfance, on découvre un homme courageux et combattif. Pour l'endurcir, on l'envoie auprès de ce grand-père vivant dans un "château" délabré entouré d'une horde de "petits sauvageons", enfants issus de son second mariage. "Ce n'était pas un château-fort, mais un château-faible". Le récit a parfois un air de conte... L'hygiène y est quasi absente, tout comme la nourriture... à table les derniers servis ne mangent pas !! Ces vacances sont à chaque fois pour Patrick Nothomb un exercice de survie. Mais il demande à y retourner chaque année car c'est aussi pour lui la découverte d'une certaine liberté dans une campagne que l'auteure décrit si joliment. Plus tard, il défiera ce grand-père en épousant Danièle, pas assez noble pour la famille. Devenu consul au Congo, il fera preuve d'un très grand courage lors d'une prise d'otage dans laquelle il échappa de justesse à la mort.

Sous la plume familière et fantaisiste voire drôle d'Amélie Nothomb, on s'attache à cet homme charismatique !! Amélie Nothomb rend un bien bel hommage dans ce récit à "son père, son héros".

 

Un coup de cœur proposé par Sylvie et Marie-Joëlle (médiathèque de Barfleur)

 

Réserver le livre