Aldobrando, alors qu’il n’est qu’un tout jeune enfant, est confié à un mage par son père. Celui-ci fait la promesse de protéger et d’éduquer le jeune garçon. Devenu grand, Aldobrando se voit confié la préparation d’une potion secrète. Mais celle-ci tourne au drame et blesse grièvement le magicien. Pour le sauver, Aldobrando doit recueillir de l’Herbe du loup seul remède pour soigner la blessure. Seulement le jeune homme ne connait pas la botanique… C’est le début de la quête de l’herbe miracle…  « Il suffit parfois de la vaillance d’un cœur pur pour renverser la tyrannie », cette phrase sur la quatrième de couverture résume le ton philosophique de cette quête à la Cervantès.

Bien que classique, cette quête légèrement décalée s’avère bien construite avec des retournements imprévus et le tout sans combats, ni dragons ni autres personnages fantastiques. En effet, cette bande dessinée nous offre un récit d’aventure du moyen-âge. Le jeune Aldobrando est un anti-héro naïf, à la silhouette fluette et épée de bois à la main qui va nous entrainer dans le royaume des Deux Fontaines où il va connaître bien des aventures suite à sa malencontreuse rencontre avec l’assassin du fils de roi… Mais Aldobrando garde en tête qu’il doit à tout prix trouver cette fameuse plante…Il faudra lire ce récit complet de 204 pages pour connaître s’il parviendra à trouver le moyen de soigner son Maître.

Gipi qui est seulement au scénario parvient à décrire la psychologie des personnages et de leur faire vivre des situations surprenantes. Luigi Critone au dessin parvient à décrire les caractéristiques des personnages : la grâce, le ridicule d’un visage, le corps longiline et fluet d’Aldobrando. La mise en couleur avec les aquarelles de Francesco Daniele et Claudia Palescandolo est très réussie.

 

Un coup de cœur proposé par Murielle (BDM)

 

Réserver la BD