Iris, jeune peintre en mal d’inspiration, découvre un tableau d’Amrita Sher-Gil. Elle décide de se lancer sur les traces de cette  jeune peintre ayant marqué l’histoire de la peinture indienne au XXème siècle. Beaucoup l’ont comparée à Frida Kalho, peintre mexicaine. Née d’un père aristocrate sikh, fasciné par la culture persane, et d’une mère juive -hongroise,elle passe le début de sa vie à Budapest, près de la famille maternelle. Puis l’Europe s’enflamme et son père décide de repartir en Inde pour y mettre sa famille à l’abri. Très tôt, la jeune enfant montre de l’intérêt pour les arts en général. Elle s’initie à la musique (piano, violon) puis découvre le dessin et la peinture. Femme libre et audacieuse, Amrita de décide partir en Europe, voyage qui la mènera de l’Italie à Paris, pour acquérir les techniques de peinture auprès des plus grands. D’abord inspirée par la peinture occidentale du Paris des années 30, elle va vite s’interroger sur sa culture indienne, ses traditions et par -delà, sur sa propre identité. Elle décide de repartir en Inde. Elle y épousera son cousin germain hongrois Viktor, amour de jeunesse.

Avec bien du mal, elle finit par atteindre une certaine popularité et en 1941, sa première grande exposition personnelle est programmée à Lahore, ville artistique et culturelle indienne. Hélas, quelques jours auparavant, elle tombe gravement malade et décède… au début de la gloire et à seulement 28 ans !! (Ironie du sort… Amrita en sanskrit signifie immortalité !!)

L’auteure a redonné vie à cette artiste de génie, figure féminine bouleversante, relativement méconnue. Ce roman est aussi un magnifique voyage artistique de l’Inde coloniale à Budapest d’avant-guerre, de Florence à Paris. Très belle découverte.

 

Un coup de cœur proposé par Sylvie (médiathèque de Montfarville)

 

Réserver le livre