« JIA » mot chinois et « KAZOKU » mot japonais…ces deux termes signifient « FAMILLE ». Qu’elle soit famille de cœur ou de sang, c’est bien le thème dont il s’agit dans ce premier roman signé d’une toute jeune femme de 19 ans !! L’histoire se déroule simultanément dans deux mondes totalement opposés : les milieux aisés et bourgeois de Shangaï et le monde mafieux japonais, les Yakusas. Kei, enfant conçu pour un riche couple chinois, sera mis au monde par une mère porteuse au Japon. Il ne connaîtra jamais ses parents biologiques qui meurent dans un accident de voiture. Il va grandir entre cette femme qui l’a mis au monde et Daisuke, mafieux, qu’il considère comme son père. Fen, petite fille élevée par sa tante et Ayi sa nounou, dans les riches milieux chinois. Elle est issue de la politique de « L’enfant unique ». Ces deux enfants que tout sépare ont une seule et même quête : ils sont prêts à tout pour recevoir l’amour qui leur a tant manqué.

Bravo à cette jeune auteure pour le travail de documentation et les descriptions de ces deux pays que l’on aurait tendance à comparer à tort et qui s’avèrent être bien différents. Sur fond de trafics et d’exploitation humaine, Maëlle Lefevre nous offre un très beau roman sur l’amour filial.

Un coup de cœur proposé par Sylvie (médiathèque de Montfarville)

Réserver le roman