« Le Paradis »… Le  doux nom de la ferme menée par Emilienne, vieille femme robuste  au caractère bien trempé au point de la comparer à « un arbre fort aux branches tordues ». Elle élève seule ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel, orphelins depuis la mort accidentelle de leurs deux parents. Ici, on vit à l’ancienne… entre fosse à cochons, poulailler et traite des vaches.

A la ferme, il y a aussi Louis, garçon de ferme, enfant battu par son père et recueilli par Emilienne. Il est presque de la famille tout en se sentan "faire partie du paysage mais pas de la photo". Ces enfants grandissent...attachés à cette terre qu’ils n’imaginent quitter pour rien au monde. Même pas pour Alexandre, le beau gosse du village, dont Blanche tombe folle amoureuse. Plus Alexandre rêve de réussite, d’argent et d’ailleurs, plus Blanche s’enracine sur ses terres à la manière d’ un animal sauvage !! Il va partir. Meurtrie, dévastée, elle se jette à corps perdu, telle une bête de somme, dans le travail. Mais Alexandre réapparaît. Et la tragédie éclate dans ce paysage immuable comme l’arbre centenaire trônant au milieu de la cour.

Ce roman charnel est d’une grande violence : on s’aime, on se bat, on dépèce, on saigne, on pleure… on tente de survivre, jusqu’à l’ effroyable dénouement.

Un coup de cœur proposé par Sylvie (Bibliothèque de Montfarville)

Réserver le livre